• *Textes des participantes au concours de l'été

    *Textes des participantes au concours de l'étéBonjour à toutes et à tous, nous voilà aujourd'hui pour un très important et attendu des participantes au concours, c'est l'article (non des résultats) de ce que les concurrentes on écrit pour le concours. Les résultats seront donné demain à 18 heures. Bonne lecture!

     

    Voici le texte de la première participante, celui d'ElyseChronique

    Remember what you will never have

     

    03 août 2023 Dans une des nombreuses plages d'Espagne 41° 01:27 AM

     

    Nous sommes finalement arriver sur la côte d'Espagne vers minuit. Vêtue d'une longue robe légère avec mes sandales à la main, j'entreprends de marcher le long de la mer. Le sable crisse en même temps que mes pieds, devenus brûlant, s'y enfoncent. Je m'approche de l'eau en espérant que les vagues apaiseraient ma douleur mais rien y fait… Tout ici est si chaud, si douloureux, si étouffant.

    Je jette un regard mauvais à cette mer. C'est à cause d'elle si un sentiment de manque me ronge de l'intérieur. Sa si vaste étendue me cache l'objet de mon amour le plus sincère. Toutes les terminaisons de mon corps me presse de le retrouver. Malheureusement je suis condamné à rester ici. Le seul moyen que je connais pour atténuer mon chagrin c'est de fermer les yeux et de m'imaginer tout ce qui m'est désormais interdit.

    Je ferme les yeux et j'inspire profondément.

    L'odeur salé disparaît au fur et à mesure que mon esprit s'éloigne. Elle a été remplacé par de riches effluves composés entre autre de l'odeur de la pluie martelant la terre. Sous mes paupières il n y avait plus la mer mais ce paysage si sauvage et si cher à mes yeux. Je vissais mes yeux sur cette contrée verdoyante, si vivante. Le climat y déversait sa colère de sorte que je n'étais plus la même personne lorsque je rentrais chez moi. Les animaux vivaient heureux et la nature régnaient en maître.

    L'hiver, j'aimais me prélasser devant la cheminée tout en observant la pluie ou la neige qui frappait intensémment contre mes vitres.

    Même lorsque j'étais seule je ne me sentais pas moins accompagnée. Il me suffisait de regarder le paysage qui se modulait incessamment au moment où je ne m'y attendais pas pour comprendre que je n'étais pas la seule forme de vie. Il m'arrivait souvent de croiser de multiples animaux lors de mes randonnées. Là bas, la vue était à couper le souffle. Si on savait où regarder on pouvait observer des endroits où les hommes n'avait pas mis les pieds.

    Quand je me rendais au village tout le monde était chaleureux. Pas polis ni courtois, non. Mais solidaire et bourrus. La vie y était en perpétuel mouvement et j'y étais à ma place.

    J'adorais son histoire, ses valeurs, tout. Je m'imprégnai du passé vivifiant de ces terres.

    Il n'y faisait jamais chaud à l'étouffement…

    J'ouvre alors doucement les yeux et la nostalgie s'empara de moi d'une telle force que mon souffle s'en coupa. Devant moi il n y a que de l'eau calme à perte de vue. Il n'y a même pas ne serait-ce qu'une brise légère pour décoller mes cheveux poisseux de sueur à ma nuque. Des larmes me piquèrent les yeux en me rappelant que plus jamais je ne passerais un été sans étouffer.

    Si je suis partis c'est parce que Papa est mort là bas… Maman qui est d'origine Espagnol nous a emmené sur sa terre natal pour que son deuil soit moins douloureux. D'ailleurs la voici qui me fait signe pour que je vienne la rejoindre dans notre auberge en bord de mer. Je jette un dernier coup d'oeil à ce vaste bleu avant de me retourner.

    De toute façon, je garderais à tout jamais dans mon coeur le souvenir du pays qui me fait vibrer.
    L'Ecosse.


    Voici le deuxième test du concours, celui de Mimicat.

    Souvenir d'un week-end presque parfait

     

    Je m'en souviens comme si c'était hier... C'était à Pâque et nous avions loué une sorte d'école de cuisine ou je ne sais quoi. Ce qui est sûr c'est qu'il y avait un dortoir avec 4 lits par chambre. Ils étaient jaunes, je m'en souviens distinctement. Nous étions arrivés, avec mes parents et ma sœur dans la matinée et nous avions directement pris possession de notre chambre. Nous avions choisi que ma sœur et moi dormirions dans la chambre avec mes grands parents pendant que mes parents déplieraient la couchette de la voiture pour dormir. Nous étions enfin installés.

    J'attendais mes cousins avec impatience. Allais-je les reconnaître? Pour ceux que je voyais le plus souvent cela a été facile. C'est pour les autres que ça c'est gâté... Je ne me souvenais pas d'eux... Le malaise... Il y en a même que je n'avais jamais rencontrés et avec qui j'ai fait connaissance sur le moment. Dès le début, nous nous sommes bien amusés et même les plus jeunes ont étés intégrés. Avec certains, nous nous sommes ensuite isolés pour discuter. Nous voulions parler de nos vies depuis que nous nous étions vus pour la dernière fois, des membres de la famille absents, de tout et de rien quoi! Il vaut dire que pour certains, cela faisait 6 ans que nous ne nous étions pas vus... C'était...long! Il y avait une sorte de balcon où nous nous étions installés et les délires ont vraiment commencés à  ce moment là. Imaginez... Un balcon pavé avec quelques marches et surtout... Une barre de métal qui nous a tous fait penser à la proue d'un bateau. A quoi vous pensez vous dans ces cas là? Nous avions de quoi faire les idiots du coup ça parait évident non? On a pas pu s'empêcher d'imiter la scène culte du célèbre Titanic! Résultat: de grosses chutes et des crises de rires mémorables! L'après midi a continué au milieu des rires et des arrivées répétées mais nous nous ignorions royalement tout adulte ne nous parlant pas directement. Il ne fallait tout de même pas qu'on nous enlève notre liberté pour ranger la nourriture ou le peux d'affaires que nous avions apporté quand même! A l'arrivé nous avons passé l'après-midi à jouer, parler et découvrir le parc.

    Le soir, après avoir mangé, nous avons décidé d'aller faire un cache cache dans le noir. Le problème, c'est que mes parents n'ont pas voulu que sorte de nuit. Du coup j'ai dû rester dans ma chambre pendant que tout le monde courait dehors. C'était franchement déprimant jusqu'à ce qu'un de mes cousins éloignés décide qu'il en avait marre de jouer à cache cache et qu'il se mette à tout faire pour qu'on ne le rattrape pas. Tout le monde lui courrait après mais personne n'arrivait à le rejoindre. C'est comme ça que nous nous sommes retrouvés, ma soeur et moi, à établir toutes sortes de stratégies pour pouvoir l'attraper. Je passais alors des coups de téléphone à un autre de mes cousins pour qu'il fasse passer la technique à tout le monde. Je faisais aussi attention au moindre bruit ce qui m'as permis, de nombreuses fois, de localiser le fuyard. Il faut dire qu'il était particulièrement bruyant en particulier quand il passait au dessus des chambres sur une rampe métallique... A l'arrivé, aucunes des idées n'a fonctionné puisque personne n'a réussi à le contrer. En attendant cela a été plutôt drôle et pour tout le monde! Nous avons aussi fait quelques petites blagues comme les lits en portefeuille par exemple.. Ce qui a été franchement hilarant puisque mes parents et mes grand-parents nous ont aidé. Evidemment on a fait attention à le faire sur les lits des autres et on a aussi demandé à l'un d'entre nous de faire le guet. A l'arrivé...tout le monde c'est fait avoir!

    Le lendemain matin, les blagues ont recommencés dès le réveil. Evidement, après s'être fait avoir en beauté, certains ont eu la bonne idée, pour se venger de mes parents, de déposer autour de la voiture des bassines remplies d'eau et de l'enrouler dans du papier WC. Ils n'ont pas "mis les pieds dans le plat" mais se sont empressés de porter les bassines jusqu'aux portes des chambres des supposés responsables. Et...quelqu'un s'est fait avoir et a mis "les pieds dans le plat" et renversé la bassine au passage. Du coup...Passage de serpillière et nouveaux rires! Ensuite, nous sommes partis à la recherche des oeufs laissés par les "cloches". Nous les avons trouvés beaucoup plus vite que prévu par nos parents... Ils étaient franchement embêtés! Mais c'est normal après tout... Il faut toujours être celui qui en rapporte le plus non? Nous les avons ensuite rapidement partagés .Quand je dit rapidement c'est pas vite mais juste après pasque sinon ça a été TRES long...Entre ceux qui essayaient de tricher, ceux qui voulaient faire des symboles avec les oeufs et tous les autres qui criaient pour avoir leur part... Nous sommes repartis courir un peu partout dès la fin de la répartition. La journée c'est ensuite finie comme elle avait commencé, dans la joie et la bonne humeur.

    C'est le lundi que cela c'est gâté. Nous parlions avec les adultes quand la grand-mère de deux de mes cousins éloignés (ne me demandez pas à quel degrés je n'en ai aucune idée) à fait un malaise. Heureusement, une des personnes présentes savait comment réagir dans cette situation précise et mon père a immédiatement appelé les pompiers avec mon portable puisqu'il avait laissé le sien dans une autre pièce et qu'il fallait être rapide. On a fait sortir rapidement les "enfants" (dont je faisait partie) et on nous a dis d'aller dans les chambres. Nous étions tous très inquiets du coup l'ambiance était franchement morose. Avant d'entrer dans le bâtiment dans lequel nous dormions, un de mes cousins c'est énervé et a jeté une pierre mais bon... Personne ne lui en a voulu comme ce n'était pas dans ses habitudes. On se regardait juste les uns les autres en attendant des nouvelles. Finalement, les pompiers sont arrivés et ils l'ont emmené à l’hôpital. Nous avions prévu de manger de la paella mais du coup nous n'avons presque rien mangé et les rires n'étaient plus au rendez-vous. Les conversations ont déviées sur les différents accidents que nous avions vécus nous ou nos amis. Autant dire que ce n'était franchement pas gai. Tout le monde c'est détendu dès que nous avons eu des nouvelles qui, heureusement, étaient bonnes. Je suis ensuite rentrée chez moi puisqu'il paraît que j'avais cours le lendemain et qu'il fallait que je sois en forme.

    Malgré les quelques problèmes survenus et  le goût pas franchement top de certains repas je pense pouvoir dire que ce souvenir restera un excellent moment dans ma mémoire. Après tout, à part la fin du dernier jour le week-end était superbe!

    A demain pour les résultats,

    Nana

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Juillet 2016 à 19:35

    Faire le texte sous forme de journal comme ça c'est juste une trop bonne idée ! Je suis jalouse de ne pas y avoir pensé moi-même :P C'est fluide et frais ^^

      • Lundi 11 Juillet 2016 à 19:42

        Je trouves ça aussi très original pour autant ne correspondait pas complètement au sujet ce qui es vraiment dommage autant l'une que l'autre :/

      • Lundi 11 Juillet 2016 à 19:54

        Je suis désolé. J'ai essayé de raconter un souvenir de manière que le lecteur le vive, vraiment.Du coup j'ai donné pas mal d'adjectif, de sensation etc. Mais je pense que j'aurais du plus détailler les ressentis du narrateur pour les rendre plus vivant et touchant.

        En tous cas la prochaine fois, j'y ferais attention !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :